Quelques réflexions sur l’usage du thé puer depuis la Réforme économique dans une perspective patrimoniale

Françoise Sabban, directrice d’études à l’EHESS, interviendra à propos de :

Crédit photographique : F. Sabban.

Puer produit et commercialisé en Chine.

« Quelques réflexions sur l’usage du thé puer depuis la Réforme économique dans une perspective patrimoniale » dans le cadre du séminaire «Techniques, objets et patrimoine culturel immatériel en Asie Orientale (XVIe-XXIe siècle) », de C. Bodolec (CNRS), M. Bussotti (EFEO) et F. Obringer (CNRS).

Date

Le 24 mars 2016 La présentation aura lieu de 11h à 13h

Lieu

EHESS, bâtiment Le France, salle Elisabeth Allès (salle 681), 190-198 av de France 75013 Paris.

Le the puer  du Yunnan est un bel exemple de patrimonialisation hors frontières, phénomène que l’on peut constater également pour certains produits alimentaires en Europe. Si l’on en croit Zhang Jinghong, auteur de PUER TEA. Ancient Caravans and Urban Chic, un ouvrage publié en 2014 et tiré d’une longue enquête pour sa thèse de doctorat, le célèbre thé puer n’était ni très connu ni très réputé sur le lieu même de sa production jusqu’aux débuts des années 2000. Bien sûr, autrefois il avait donné lieu à un commerce au long cours vers le Tibet, Taïwan, Hong Kong et l’Asie du Sud-Est, mais notre jeune auteur, qui pourtant a passé sa jeunesse à Kunming dans une famille où l’on buvait à l’ordinaire un thé vert produit dans la province n’en avait rien su. Mêlant son histoire personnelle à celle d’une redécouverte d’un thé spécifique apprécié par certains amateurs, Zhang Jinghong raconte en détail l’avènement contemporain d’une infusion dont la consommation donne désormais lieu à la constitution de cénacles chics. Leurs membres qui se voient sous les traits d’aventuriers désireux de se distinguer du commun des mortels croient posséder une compétence exceptionnelle en matière d’appréciation des goûts et s’érigent en professeurs de dégustation. Cette recherche du goût « authentique » du thé puer s’accompagne cependant d’un flou juridique quant à la définition de ce produit dont la garantie est mal protégée et peu assurée. Différents acteurs officiels et privés sont impliqués dans la qualification du puer, mais leurs intérêts n’étant pas nécessairement convergents, chacun essaie de tirer parti de ce manque de clarté.

 


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *