Enseignement de Xavier Paulès

Xavier Paulès, directeur du Centre d’études sur la Chine contemporaine, maître de conférences.paules

Page personnelle sur le site du CECMC

1er, 3e et 5e lundis du mois de 13 h à 15 h (salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 19 octobre 2015 au 6 juin 2016

Cette année, nous nous concentrerons sur une des difficultés majeures que pose l’histoire du jeu de fantan : les quinze siècles, des Han aux Ming, durant lesquels les sources susceptibles de nous renseigner sont très rares et, quand elles existent (histoires dynastiques, poèmes, biji), très peu prolixes. Trois questions orienteront notre cheminement parmi cette disette documentaire. Premièrement, le lien entre certaines pratiques divinatoires (achillée) et le fantan, deuxièmement, l’inventaire et l’interprétation des nombreux changements de nom du jeu qui interviennent durant cette période. Enfin, dans l’état actuel de cette recherche, demeure ce qu’il faut bien appeler une énigme : pourquoi, alors qu’il était présent semble-t-il indistinctement dans les différentes régions de Chine jusqu’aux Ming, le fantan n’est-il plus pratiqué que dans la province du Guangdong et parmi la diaspora cantonaise sous les Qing ?

Lundi de 9 h à 11 h (Maison de l’Asie, 22 av du Président-Wilson 75116 Paris), du 16 novembre 2015 au 13 juin 2016

Ce séminaire interdisciplinaire vise à présenter, par séquence de 6 h, aux étudiants de la mention huit thèmes de recherche des sciences sociales dans les trois grandes régions de l’Asie : le monde indien, l’Asie du Sud-est et l’Asie du Nord (Chine, Corée, Japon). Basé sur la lecture de textes fondateurs ou de travaux récents significatifs, il permet aux étudiants de s’initier aux méthodes de critique et de généralisation des sciences sociales en suivant leurs développements hors de leur contexte d’origine. Le séminaire est divisé en deux semestres 1er semestre du 16/11 au 15/2 ; deuxième semestre du 22/2 au 13 juin. Au second semestre il devient un enseignement conjoint EFEO-EHESS-EPHE, dont les quatre séquences seront assurées par les équipes pédagogiques des trois établissements.
La première séance de chaque séquence sera introduite par l’ATER responsable du séminaire ; la seconde, par un des enseignants de l’équipe pédagogique, et la dernière sera l’occasion pour les d’étudiants de présenter des exposés sur les textes étudiés. Le séminaire est obligatoire en M1 et, sauf avis contraire du tuteur, pour les étudiants entrant directement en M2. Il est ouvert aux étudiants inscrits dans d’autres mentions.

Jeudi de 17 h à 19 h (salle des étudiants, IISMM, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 5 novembre 2015 au 4 février 2016

Ce séminaire de spécialisation est conçu comme une introduction à l’histoire du fait colonial et impérial dans une perspective comparative et croisée : l’impérialisme et le colonialisme des périodes moderne et contemporaine, sur les cing continents et sous la houlette tant des Européens que des Japonais et des États-Uniens sont pris en compte. Afin de les familiariser avec les concepts, problématiques et débats majeurs du champ, les étudiants sont invités à lire chaque semaine deux articles ou chapitres d’ouvrage qu’il s’agit ensuite de discuter lors des séances.

1er, 3e et 5e mardis du mois de 13 h à 15 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 20 octobre 2015 au 7 juin 2016

Cette année le séminaire sera consacré à l’économie de la Chine républicaine.

La part belle a été faite, dans l’historiographie traditionnelle, à l’étude de l’essor industriel. Les historiens n’ont fait en cela que reprendre à leur compte la vision des élites politiques de la République, Sun Yat-sen en tête, qui plaçaient résolument le rattrapage industriel de l’Occident au rang d’objectif prioritaire. Le développement industriel a surtout été interrogé par rapport au contexte politique, avec deux grandes questions : l’État Guomindang a-t-il été un catalyseur ou un prédateur ? La présence des puissances étrangères a-t-elle stimulé ou freiné le processus d’industrialisation ?

Depuis une trentaine d’années, l’étude des grands agrégats a cédé la place à des monographies d’entreprises et d’entrepreneurs qui ont affiné considérablement notre connaissance de l’organisation et de la gestion des entreprises. La question qui a émergé est l’existence d’une variante proprement chinoise du capitalisme (et le développement économique vertigineux de la Chine depuis 1978 lui a donné une acuité encore plus grande).

Encore plus récemment, l’intérêt des chercheurs tend à se déplacer de l’appareil productif vers la sphère de la consommation. Des travaux novateurs jettent ainsi une lumière nouvelle sur les circuits de commercialisation, la publicité, ou les loisirs.

1er vendredi du mois de 15 h à 19 h (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 6 novembre 2015 au 3 juin 2016. Séance supplémentaire le 8 janvier 2016 (salle 3, même horaire, même adresse)

Ce séminaire vise à discuter – suivant une perspective interdisciplinaire – des trajectoires multiples des circulations des personnes, des idées et savoirs, des institutions et des valeurs au-delà des confins géographiques et politiques. À la différence des programmes déjà existant qui traitent l’histoire globale comme une extension de l’histoire impériale ou de l’économie historique, nous mettons en évidence les connections entre des régions spécifiques et des structures globales. En ayant recours aux comparaisons, connections et aux processus d’intégration globale, nous invitons chercheurs et étudiants à comprendre les forces qui ont contribué à structurer notre monde dans le passé et de nos jours.

Cette année le séminaire accueillera des invités prestigieux tels que Jeremy Adelman, Princeton, qui discutera du global humanitarianism, Sven Beckert, Harvard, Global Capitalism, et Nicola Di Cosmo, Princeton, Inner asia in global perspectives.

The aim of this seminar is to explore, from multidisciplinary perspectives, the various trajectories of cross-border entanglements – of people, knowledge, ideas, institutions, goods, across the globe. Unlike programs that treat global history as an extension of imperial or economic history, our approach emphasizes the entanglements between specific regions and global structures. By focusing on comparisons, connections, and processes of global integration, the program helps students and scholars to understand the forces that have continuously shaped and restructured the world.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *