La loterie en Chine : État-croupier et joueurs-coolies

Compte rendu par Xavier Paulès de l’ouvrage de Hu Shen :  La loterie en Chine : État-croupier et joueurs-9782343057651fcoolies, Paris : L’Harmattan, 2015. ISBN 978-2-343-05765-1.

  • Hu Shen est doctorant en anthropologie à l’université Paris Descartes. Sa thèse en cours porte sur l’organisation des liens sociaux des Chinois. Il a publié récemment un article dans la revue en ligne Sciences du jeu:  «Entre « jouer avec » l’argent et « parier pour » l’argent : une analyse sociologique du double statut de l’argent du jeu en Chine » http://sdj.revues.org/415.

Compte rendu

Ce beau livre s’articule, comme son titre l’indique, en deux parties.

La première traite de la façon dont a été reconstitué un système de loteries légales dans les premières années de la période des réformes économiques. L’auteur décrit les circonvolutions de l’Etat chinois pour justifier cette décision, qui entre évidemment en parfaite contradiction avec l’orientation idéologique du régime. Lorsque la première loterie voit le jour en 1986-87, on évite le terme de 彩票 jugé sulfureux, pour préférer celui de « dotation à lots de bienfaisance sociale 社會福利有獎募捐 », mettant ainsi en avant (de façon très classique) l’utilisation socialement utile des bénéfices. Avec la création de la loterie sportive en 1994, le secteur acquiert une originalité : il devient un duopole qui fait coexister deux opérateurs d’Etat,  lesquels ont de plus la caractéristique de proposer une panoplie de jeux très similaire.

La seconde partie intitulée « les joueurs-coolies » est la plus innovante et la plus riche : c’est une très belle étude ethnographique des joueurs de loteries, basée sur un travail de terrain mené dans la ville de Qingdao青島.

L’auteur fait montre d’un esprit d’observation tout à fait remarquable. Il pose toutes les bonnes questions : qui joue et pourquoi ? Comment est déterminé le lieu et le moment de l’achat des billets ? Comment les joueurs choisissent-ils les numéros sur lesquels vont-ils miser ? D’autres questions sont plus inattendues mais non moins pertinentes, par exemple : qu’est-ce que les joueurs font de leurs anciens billets ?

L’étude des points de vente révèle que la loterie n’est pas une activité individuelle. Elle est au contraire l’occasion de nombreuses interactions. Ces lieux permettent notamment aux personnes âgées de se fréquenter et le jeu permet (selon elles) d’entretenir leurs facultés intellectuelles. L’attrait qu’exercent les loteries s’explique aussi par le fait que certains joueurs parviennent à acquérir un statut d’expert dans l’art de pronostiquer les numéros. Chose plus étonnante, des gérants de points de vente accèdent à une petite célébrité parce qu’ils sont considérés comme des virtuoses dans l’art de rentrer les numéros des joueurs, très rapidement et sans se tromper.

Les entretiens menés révèlent à quel point les joueurs chinois ont la capacité de donner une multitude de sens à une activité sociale a priori très simple (sélectionner quelques numéros en vue d’un tirage au sort). Comme chacun sait, la théorie des probabilités pose que les tirages d’une loterie sont strictement indépendants. Mais à la simplicité cristalline de cette règle répond l’extraordinaire foisonnement des stratégies imaginées par les joueurs pour deviner le résultat des tirages, et qui toutes entrent en contradiction avec elle. Les « tableaux de cheminement »走勢圖, c’est-à-dire l’historique des tirages précédents, sont complaisamment affiché dans tous les points de vente. Leur examen approfondi afin de déduire du « cheminement » le résultat des tirages à venir, est une activité universelle parmi les joueurs. Il est selon eux des numéros « chauds » 熱號 des numéros « froids »冷號, des numéros « amis » (supposés sortir souvent ensemble) et « « ennemis » (qui au contraire ne sortent pas lors d’un même tirage), etc.  Enfin, la créativité des joueurs pour imaginer des martingales ne connait pas de bornes.

Pour l’historien des jeux de hasard, l’importance prise par ce genre d’exégèse et de spéculations n’a pas grand-chose d’étonnant. On retrouve en effet là l’un des éléments d’une culture du jeu qui, très vigoureuse sous les Qing et durant la période républicaine, a resurgi après avoir été placée durant presque trois décennies sous l’éteignoir. Une méfiance très grande envers les possibles « arnaques » (騙  pian ) constituait un autre trait important des mentalités des joueurs d’avant l’ère communiste. Or, Hu Shen le montre très bien, une suspicion profondément ancrée envers de possibles manipulations de la part de l’organisateur du jeu trouve de nouveau à se manifester de différentes façons.

Au rayon des critiques, il semble qu’il aurait été judicieux d’exposer une fois pour toutes de façon claire et systématique les différents types de jeux qui sont proposés. Au lieu de cela, ces informations sont disséminées dans le texte et les notes de bas de page, si bien que le lecteur s’y perd parfois un peu. Sur le plan de la forme, le style est souvent imaginatif et les traductions généralement de bonne facture ; toutefois, on peut déplorer par endroit des phrases maladroites ainsi que des tournures peu compréhensibles. La conclusion laisse aussi franchement à désirer.

Ce sont là peu de choses : au total, le livre de Hu Shen est une très belle réussite.

Ouvrage disponible à la BULAC


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *