La peinture sous verre chinoise de 1720 à 1860

Intervention de Thierry Audric (doctorant, Université de Fribourg), dans le cadre du groupe de recherche Circulation interactive des savoirs.

Au 18ème siècle à Canton apparaît un art nouveau pour la Chine: la peinture sous verre qui se développe rapidement dans ce port, point de rencontre de la Chine avec l’Occident, et séduit la haute société de Chine comme d’Occident de 1720 à 1860, date à laquelle elle cesse d’intéresser l’Occident pour devenir un art populaire chinois. Les écrits européens de cette époque sur la Chine, notamment les lettres des missionnaires jésuites français et les journaux de voyages, permettent de préciser le contexte de ce développement marqué par le rôle des compagnies des Indes et des notables chinois d’une part et par la rencontre culturelle conduite par les peintres jésuites à la cour d’autre part. Le regard porté sur la peinture chinoise par les Européens résidents ou de passage en Chine fait l’objet d’une étude particulière. L’analyse s’appuie sur un corpus de plus de 650 peintures sous verre chinoises provenant de musées et collections privées européennes ainsi que de plusieurs hôtels des ventes. Elle distingue les éléments chinois et européens en trois catégories classées par sujet principal, sujet chinois avec fleurs et oiseaux, scènes d’extérieur, belles femmes, paysages et portraits, et pour les sujets occidentaux, essentiellement des portraits. La troisième catégorie, qui sera dominante au 19ème siècle, est celle des transpositions directes sous verre de gravures, de miniatures ou de tableaux occidentaux.
L’exposé engagera une réflexion sur la naissance de cette peinture, ses ateliers, ses relations avec la cour impériale et ses peintres européens, son accueil en Europe puis aux Etats-Unis, son influence sur certains pays d’Asie.

Date

  • Mercredi 15 avril 2015

Lieu

  • EHESS, salle Elisabeth Allès 681, 190-198 avenue de France – 75013 Paris

 


Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

More Posts

Monique Abud

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, EHESS, Paris, France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *