«Aller vers l’Ouest» Une ancienne tradition de Baoxiu (Yunnan, Chine)

Sylvie Pasquet (Ce billet a été rédigé d’après deux enquêtes de terrain effectuées en novembre 2011 et mai 2014)), « Aller vers l’Ouest ». Une ancienne tradition de Baoxiu (Yunnan, Chine), Décembre 2014.

 寳秀 Baoxiu est un bourg du dis.trict montagneux de 石屏 Shiping (préfecture autonome hani et yi de Honghe), dans le sud de la province du Yunnan. En 1381, lorsque les troupes des Ming (1368-1644) pacifient le Yunnan, en éliminant les chefs mongols des Yuan (1271-1368), une partie d’entre elles reçoit l’ordre de rester dans la province : trente-quatre escouades sont envoyées à Shiping pour y établir des colonies militaires, dont dix-huit pour la seule circonscription de Baoxiu. Les hommes se marient avec des femmes indigènes (Yi, principalement) ou font venir leur famille de la Chine intérieure ; le risque de la guerre s’étant éloigné, ils se consacrent aux travaux purement agricoles, rejoints par d’autres colons chinois. Mais vers le milieu ou la fin des Ming, leurs descendants se sentent à l’étroit dans le petit bassin de Baoxiu : beaucoup d’entre eux vont trouver, dans le commerce lointain, de nouveaux moyens d’existence.

Zou xitou ! L’expression en trois caractères 走西頭 signifie « aller vers l’Ouest » et remonte sans doute au xixe siècle. Elle traduit ces mouvements continus qui auront duré jusque dans les années 1950, essentiellement vers les régions productrices de sel et de thé aux confins du Yunnan, du Laos et de la Birmanie. À dire vrai, d’autres localités autour de Shiping ont pratiqué le zou xitou, mais Baoxiu est toujours resté le passage obligé au départ de cette longue route. À Baoxiu, toutes les familles ou presque vous raconteront l’histoire de leurs ancêtres partis « à l’Ouest », généralement plusieurs fois au cours de leur vie, au prix de mille dangers.

Car si la route est longue – dix-huit jours jusqu’aux « Six Montagnes à thé » (dans le Xishuangbanna, non loin de la frontière avec le Laos), d’après les récits recueillis –, elle est aussi dès le départ semée d’embûches pour les hommes, qui voyagent toujours en groupe, et leurs mules. Laissant Baoxiu derrière eux, il leur faut franchir la colline de 團山營 Tuanshanying, reconnaissable à l’immense banian qui la domine (la légende veut qu’il ait été planté pour pouvoir y attacher des chevaux de garnison, au début du xviie siècle), puis atteindre 關口 Guankou (la « Passe »), un col en « selle de cheval » à plus de 1 600 mètres d’altitude. Là se trouve le temple dédié à 關帝 Guandi, le dieu du commerce : avant de poursuivre la route, chacun lui fait des offrandes et implore sa protection. De même, celui qui revient à la « Passe » sain et sauf, après un voyage de quelques mois ou quelques années, s’arrêtera au temple pour honorer Guandi avant de retrouver les siens.

Au-delà de Guankou, dans une végétation luxuriante, commence une descente abrupte, coupée par la 八抱樹河 Babaoshuhe, une petite rivière devenant torrent à la saison des pluies, dans les méandres de laquelle les brigands de grand chemin s’embusquent pour attaquer violemment les hommes et s’approprier argent et marchandises. La descente par des sentiers étroits et sinueux continue jusqu’à la rivière 小河底河 Xiaohedihe. Cet affluent du fleuve Rouge une fois traversé – avec la crainte qu’un tourbillon n’emporte soudainement hommes et montures –, la caravane rejoint sur l’autre rive la Côte des trois terrasses, à la lisière du district de 元江 Yuanjiang. Il est alors temps, au terme d’une étape de trente kilomètres environ, de préparer les tentes pour la nuit et d’allumer le feu qui éloignera les bêtes sauvages. Un pont de chaînes de fer reliant les deux rives de la Xiaohedihe ne sera construit qu’en 1913 ; conçu pour faciliter le voyage vers l’Ouest, il est aujourd’hui désaffecté et les planches de bois de buis qui recouvraient ses quarante mètres de long ont depuis longtemps disparu.

Pont de chaînes de fer enjambant la Xiaodihe, un affluent du fleuve rouge

Pont de chaînes de fer enjambant la Xiaodihe, un affluent du fleuve rouge? © S. Pasquet.

Il est intéressant de noter que le temple de Guandi sert de ligne de partage des eaux. En effet, l’eau de pluie qui tombe sur le versant ouest du toit du bâtiment principal du temple s’écoule dans le réseau fluvial du fleuve Rouge, tandis que l’eau de pluie qui tombe sur le versant est s’écoule dans le lac de Baoxiu, puis, de loin en loin, dans la rivière des Perles (comme le fleuve Rouge, elle se jette dans la mer de Chine du Sud,). En août 1638, le célèbre explorateur 徐霞客 Xu Xiake (1587-1641) arrive à Guankou, qu’il va considérer comme la source la plus occidentale de la rivière des Perles dans son Journal de voyage. Trois cent soixante ans plus tard, en 1998, les autorités locales érigent, non loin de la colline de Tuanshanying, une stèle en souvenir du passage de Xu Xiake et de ses recherches géographiques.

Stèle commémorant le passage de Xu Xiake (« 霞客游蹤 Xiake youzong ») à Baoxiu en 163

Stèle commémorant le passage de Xu Xiake
(« 霞客游蹤 Xiake youzong ») à Baoxiu en 163 © S. Pasquet.

 Une autoroute reliant les deux districts de Shiping et Yuanjiang est aujourd’hui en chantier : elle traverse une partie du petit bassin de Baoxiu et coupe en deux la colline de Tuanshanying, tout en épargnant le vieux banian témoin de l’histoire ; un grand pont sera bientôt construit sur la Babaoshuhe, la « rivière aux bandits ». Lorsque les travaux seront achevés et que le bitume aura définitivement remplacé les chemins muletiers, verra-t-on se développer un zou xitou moderne ? Les anciens de Baoxiu chanteront-ils encore, sur l’air « Aller vers l’Ouest », la tristesse de celui qui vient de quitter les siens pour aller commercer au loin ?

            À la première lune, je pars en voyage.

            Dès la « Passe » franchie, je suis bien à plaindre.

            Je me retourne et regarde au loin :

            Beaucoup d’arbres et peu de murailles.

            En pensant à mon père et à ma mère, des larmes perlent,

            En pensant à ma femme et à mes enfants, je pleure un coup.

 

            À la deuxième lune, j’arrive à Ertang.

            Je pense avec inquiétude à ma femme et à mes enfants,

            Ainsi qu’à mon père et à ma mère. […]

Crédit photographique : Sylvie Pasquet

Deux camions du chantier de la nouvelle route reliant les districts de Shiping et de Yuanjiang se croisent devant le temple de la « Passe » à Baoxiu © S. Pasquet.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *