Les archives de Lisbonne

paulesBillet de Xavier Paulès

Xavier Paulès a effectué une mission à Lisbonne du 24 novembre au 1er décembre 2013.

Dans le domaine des recherches sur l’histoire de la Chine contemporaine, il est à peine exagéré d’affirmer qu’en dehors des cercles restreints des chercheurs lusophones, on a fait jusqu’à présent comme si les archives portugaises n’existaient pas.

Parce qu’il semble souhaitable de faire évoluer cette situation, ce billet vise à donner un bref aperçu des ressources qu’elles peuvent représenter. Les chercheurs francophones, qui bénéficient de certaines facilités pour déchiffrer des documents écrits en portugais, auront un rôle à jouer dans les années à venir pour leur mise en valeur.

Deux centres d’archives présents à Lisbonne peuvent présenter un intérêt pour l’histoire de la Chine contemporaine, il s’agit

Les archives du ministère de l’Outre-mer retiendront surtout l’attention des chercheurs qui s’intéressent à Macao et à la Chine du Sud. Elles conservent la correspondance reçue de Macao (seule possession portugaise située dans la sphère chinoise) par les services centraux du ministère. Ces archives ont l’avantage d’être inventoriées de façon assez détaillée. Un inventaire informatique permet de repérer assez aisément les dossiers les plus prometteurs pour un sujet donné.

Les archives du Ministère des Affaires Etrangères conservent les archives des services centraux du ministère et celles des ambassades et des consulats qui ont été rapatriées à Lisbonne, jusqu’au milieu des années 1980.
Elles présentent d’importantes lacunes et elles ont aussi l’inconvénient de présenter un mode de classement très largement non-thématique. Elles réclament davantage de temps pour livrer leurs richesses.

Dans ces deux centres d’archives, le personnel fait preuve d’une grande disponibilité et facilite considérablement le travail du chercheur. Leur grand défaut reste le caractère restreint des horaires d’ouverture (six heures par jour).


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *