Les systèmes de villes en Inde et en Chine

Soutenance_Elfie SwertsElfie Swerts (courriel) a soutenu une thèse intitulée « Les systèmes de villes en Inde et en Chine » le 25 octobre 2013, préparée à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et à l’Ecole Doctorale de Géographie de Paris sous la direction de Denise Pumain (Professeur à l’université Paris 1, UMR 8504 Géographie-cités) et Eric Denis (Chargée de Recherche au CNRS, UMR 8504 Géographie-cités), avec le soutien de Veolia Environnement Recherche et Innovation et de l’ERC GeoDiverCity (pilotée par Denise Pumain, http://geodivercity.parisgeo.cnrs.fr/blog/).

Elle a obtenu la mention très honorable avec félicitations du jury à l’unanimité ; le jury était composé de :

  • Anne Bretagnolle, Professeure à l’Université Paris 1, présidente
  • Eric Denis, Chargé de Recherche au CNRS, directeur de thèse
  • François Gipouloux, Directeur de Recherche au CNRS, Directeur de l’UMR 8173 Chine, Corée, Japon, examinateur
  • Frédéric LANDY, Professeur à l’université de Paris Ouest-Nanterre, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France, rapporteur
  • Denise Pumain, Professeur à l’Université Paris 1, membre de l’Institut Universitaire de France, directrice de thèse
  • Céline Rozenblat, Professeure associée à l’Université de Lausanne, rapporteur

Elfie Swerts va poursuivre ses recherches sur la modélisation rétrospective et prospective de l’évolution démographique des systèmes de villes en Inde et en Chine au sein de l’ERC GeoDiverCity (http://geodivercity.parisgeo.cnrs.fr/blog/) pilotée par Denise Pumain, et sur des liens économiques entre les villes au sein de ces deux systèmes avec le reste du monde dans le cadre du projet ORBIS (http://www3.unil.ch/wpmu/citadyne-news/) piloté par Céline Rozenblat. Je vais également enrichir ces recherches en approfondissant la question de la dynamique des petites villes en Inde en collaboration avec l’ANR SUBURBIN (http://suburbin.hypotheses.org), pilotée par Eric Denis et Marie-Hélène Zerah (Centre de Sciences Humaines, New Delhi) et celle des dynamiques financières et immobilières dans les systèmes de villes en Inde et en Chine en collaboration avec l’ANR FINURBASIE (http://finurbasie.hypotheses.org/1) pilotée par Natacha Aveline (directeur de recherche CNRS, UMR 8504 Géographie-cités) et Ludovic Halbert (chercheur au CNRS, rattaché au Laboratoire Techniques, Territoires, Sociétés de l’Université Paris-Est).

Résumé

L’analyse de la structure des systèmes de villes en Inde et en Chine et de leur évolution au long du XXe siècle pour l’Inde et depuis les années 1960 pour la Chine a été menée à partir de bases de données comparables et harmonisées, construites spécifiquement dans le cadre de cette thèse et décrivant l’ensemble des agglomérations de plus de 10 000 habitants. Les deux pays, très anciennement mais encore peu urbanisés, conservent de très nombreuses petites villes tout en ayant développé au cours des dernières décennies de gigantesques métropoles de plusieurs dizaines de millions d’habitants.

En dépit de leurs singularités géo-historiques, ces deux systèmes présentent les mêmes régularités fortes que les systèmes déjà connus (loi de Zipf et modèle de Gibrat), et ce quelle que soit l’échelle d’observation : un même processus de croissance distribuée traduit l’unité des hiérarchies urbaines indienne et chinoise tant dans leur ensemble qu’au sein de leurs sous-systèmes régionaux. Nous mettons cependant en évidence une diversité régionale révélée par l’hétérogénéité d’une région à l’autre des degrés d’inégalité de la taille des villes et de leurs rythmes de croissance. La primauté de certaines capitales régionales résulte en général de concentrations politico-administratives antérieures à notre période d’observation.

Le résultat le plus marquant est que le système de villes chinois se singularise des autres systèmes, y compris indien, par une diminution dans le temps de son degré de hiérarchisation, ce qui n’a jamais été observé auparavant. Le contrôle politique des mécanismes d’évolution des villes aurait alors infléchi non pas la totalité du processus d’urbanisation mais le sens de son évolution. (Il est possible que le sous-enregistrement des populations migrantes explique pour partie ce résultat). L’influence de ce contrôle se traduit aussi au niveau de l’organisation fonctionnelle du système de villes, l’établissement des ZES ayant conduit à la concentration saisissante des villes industrielles dans des espaces restreints, autour des Deltas de la rivière des Perles et du Yangzi, ainsi que dans une moindre mesure dans le Bohai Rim.

Les trajectoires comparées des  villes indiennes et chinoises permettent d’enrichir la prospective de l’urbanisation qui représente d’énormes enjeux pour le monde et la planète.

Abstract

This thesis compares the urban systems in China and India using dedicated data bases that have been constructed using comparable and harmonized principles, describing the evolution of the population of all urban agglomerations above 10 000 inhabitants, every ten years from the beginning of 20th century for India and 1964 for China. Both very large countries of ancient urbanization are characterized by many small towns and have developed gigantic metropolises during the last decades.

Despite their geo-historical specific features, these two systems share with others in the world the same properties of hierarchical differentiation and urban growth processes (Zipf’s law and Gibrat’s model), at country scale as well as for regional subsystems. A regional diversity is linked to former processes of unequal concentration of urban development.

The most interesting result is identifying for the first time a reverse trend in the evolution of the Chinese urban hierarchy compared to other countries in the world among which India: despite the very rapid recent urban growth, the inequalities in city sizes are decreasing. This may in part depend of the under-registration of migrant urban populations. It also reveals the power of the political control on China’s urban processes that also appears in the magnitude of spatial concentration of manufacturing cities due to the implantation of Special economic Zones.

Comparing the trajectories of Indian and Chinese cities may well improve the prospect of global urbanization that is crucial for the world and the planet.


Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

More Posts - Website

Jacqueline Nivard

Jacqueline Nivard, Centre d'études sur la Chine moderne et contemporaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *